Caricamento ...
Spiacenti, si è verificato un errore durante il caricamento del contenuto.

[MOinf] Le Hamas réduit au silence toute opposition à son hégémonie

Espandi messaggi
  • eleazar ben yair
    Le Hamas réduit au silence toute opposition à son hégémonie PAUL AKIM QUOTIDIEN : lundi 1 septembre 2008   http://www.liberati on.fr/actualite/
    Messaggio 1 di 1 , 1 set 2008
    Visualizza origine
    • 0 Allegato



      Le Hamas réduit au silence toute opposition à son hégémonie
      PAUL AKIM
      QUOTIDIEN : lundi 1 septembre 2008
       
       

      «Vous écoutez Sawt El-Shab, la voix de la vérité. Nous émettons de nouveau. Merci à tous ceux qui nous ont soutenus.» Après une semaine d’interruption forcée, la «Voix du peuple», la radio du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) dans la bande de Gaza, un mouvement de gauche palestinien, est de retour sur les ondes. Les hommes du Hamas avaient fait irruption dans les studios, ordonnant au personnel de couper l’antenne.

      Par la suite, un communiqué du ministère de l’Intérieur a accusé la radio de «propagation de mensonges et de fausses rumeurs» et de «d’incitation à la division». En fait, le Hamas n’a guère apprécié la couverture des affrontements, début août, avec les hommes de la famille Helles, l’un des derniers clans affiliés au Fatah dans la bande de Gaza, et les témoignages sur l’antenne des habitants du quartier, joints par téléphone. «Ils nous ont reproché de couvrir les affrontements comme s’il s’agissait d’une incursion israélienne, poursuit le directeur. Surtout, nous avons rapporté que les forces du Hamas tiraient des roquettes et des obus de mortier dans des zones d’habitation.»
      Répression. La radio n’en est pas à sa première tentative d’intimidation. Sur les murs, plusieurs impacts de balles sont visibles, témoins du passage, l’an dernier, d’hommes de main du Fatah. Le chef des services de sécurité palestiniens de l’époque, le colonel Rachid Abou Shbak, n’avait pas goûté l’évocation de ses relations tendues avec la présidence dans un reportage. Le Hamas n’avait en revanche jamais sérieusement inquiété Sawt El-Shab, l’une des dernières radios non islamistes de la bande de Gaza, depuis que les stations liées au Fatah ont cessé d’émettre.
      L’attentat du 25 juillet, sur le front de mer de Gaza, a changé la donne. La charge placée dans une voiture a tué sept personnes, dont cinq militants du Hamas. Un mode opératoire très inhabituel à Gaza. Le pouvoir islamiste a immédiatement pointé du doigt «une tentative de déstabilisation de la part du Fatah» et lancé une répression sans précédent depuis son coup de force de juin 2007. En l’espace d’une dizaine de jours, plusieurs centaines de personnes, principalement des partisans du Fatah, ont été arrêtées, dont Ibrahim El-Naja, l’un des principaux dirigeants du mouvement de Mahmoud Abbas à Gaza.
      Relâché après quelques jours de détention, il reçoit dans un hôtel, faute de pouvoir accéder au siège du parti dans le centre-ville, cadenassé par le Hamas. «Tous les locaux du Fatah ont été fermés. Les gouverneurs de Gaza, Khan Younès et Rafah sont toujours en prison. C’est une démonstration de force destinée à montrer qu’ils peuvent arrêter qui ils veulent, quand ils veulent.»
      Jusqu’ici le Hamas tolérait la présence du Fatah dans la bande de Gaza. Des dirigeants comme Ibrahim El-Naja ont été arrêtés à plusieurs reprises, mais le mouvement islamiste prenait garde ne pas couper les ponts avec l’Autorité palestinienne de Ramallah, dans l’attente d’une réconciliation éventuelle. Cette fois, la répression est beaucoup plus large, touchant des associations sans lien avec le Fatah. «Tout ce qui n’est pas sous le contrôle du Hamas, doit cesser de fonctionner. C’est la continuation du "coup d’Etat". Ils ont commencé en juin dernier avec un coup militaire contre les services de sécurité, maintenant, ils finissent le travail !» s’emporte-t-il.
      Malaise. Au total, selon le Centre palestinien pour les droits de l’homme, plus de cent cinquante associations ont été fermées parmi lesquelles des organisations de charité, des médias, et même de simples clubs de sport. Celui du quartier de Yarmouk a entièrement été mis à sac. «D’après eux, ils cherchaient des armes. Ça n’a pas de sens. Ce n’est qu’un prétexte pour prendre le contrôle de toutes les associations de la bande de Gaza», tempête le directeur, Khaled Moussa. Les hommes cagoulés ont tout emporté : dossiers, meubles, et jusqu’aux verres à thé. L’ancien joueur professionnel de football, figure du monde sportif de Gaza, a fait jouer ses relations au sein du Hamas. En vain. «Les responsables du Hamas avaient l’air surpris. Le directeur du bureau des associations a semblé ne pas être au courant. Nous sommes allés voir Ismaël Haniyeh [Premier ministre du gouvernement Hamas de Gaza, ndlr]. Il a dit avoir donné des ordres pour que le matériel nous soit rendu. Sans résultat», témoigne-t-il, accréditant la thèse, en vogue à Gaza, de dissensions internes au sein du Hamas, entre les «modérés» et une aile radicale.
      L’ampleur de la répression suscite un malaise jusque dans les rangs du Hamas. «Je ne suis pas très satisfait de ce qui se passe», confie Ahmed Youssef, l’une des têtes pensantes du mouvement, qui se dit gêné par «les excès de la branche militaire». Avant, toutefois, de justifier l’action du Hamas : «Des erreurs ont pu être commises, mais dans le cadre d’une enquête, il est normal de procéder à des arrestations, y compris parmi les associations. Les Etats-Unis ont fait la même chose après le 11-Septembre.»
      Etat islamique. Profitant d’une trêve avec Israël, le Hamas est décidé à asseoir son pouvoir dans la bande de Gaza. Pour beaucoup, cette loi d’airain à un goût amer. «C’est la première fois que nous assistons à une répression de cette ampleur. Le Hamas ne vise pas seulement le Fatah et ses militants, mais la société civile toute entière, s’inquiète Jaber Wishah, directeur adjoint du Centre pour les droits de l’homme. Une fois que les associations séculaires n’existent plus, les gens n’ont plus qu’à se tourner vers les associations religieuses.» Il craint que le Hamas, prenant acte d’une séparation de plus en plus irréconciliable avec la Cisjordanie, ne soit tenté d’instaurer son propre «Etat islamique » dans les limites de la bande de Gaza.

      __________________________________________________
      Do You Yahoo!?
      Poco spazio e tanto spam? Yahoo! Mail ti protegge dallo spam e ti da tanto spazio gratuito per i tuoi file e i messaggi
      http://mail.yahoo.it
    Il tuo messaggio è stato inviato correttamente e verrà recapitato a breve ai destinatari.